top of page

Il est temps d'écrire l'histoire - Perspective Internationaliste




Depuis plus de 30 ans, la troisième guerre mondiale s’intensifie de jour en jour. Les régions en guerre de tous les continents brûlent et nous nous dirigeons tout droit vers une nouvelle explosion de chaos et de destruction. Aussi abstraits et compliqués que puissent paraître les guerres et les conflits de ce monde, ils deviennent clairs et faciles à comprendre lorsque l’on examine les intérêts des différentes puissances. Comme cela a toujours été le cas, dans toutes les sociétés, ce sont les intérêts politiques et économiques des dirigeants qui sont à l’origine des guerres et des conflits. Il en va de même pour les guerres qui font rage aujourd’hui, qui sont avant tout des batailles de répartition des ressources entre les puissants de ce monde. Même s’ils prétendent se battre pour la nation, pour la religion, ou même pour la démocratie et les droits de l’homme, rien ne peut cacher que les conflits armés d’aujourd’hui tournent aussi autour du contrôle des marchés, des ressources et de la main-d’œuvre. Un système dans lequel le profit maximum, en tant que loi suprême de ce monde, reste au-dessus de toutes les conventions et de la dignité de l’homme lui-même, et qui doit, dans sa recherche effrénée du profit et dans la concurrence acharnée du marché capitaliste, déboucher en fin de compte sur des conflits sanglants. Dès le début de la première guerre mondiale au siècle dernier, le socialiste Jean Jaurès, assassiné par un nationaliste français en 1914, avait déclaré très justement : «Le capitalisme porte en lui la guerre comme un nuage porte la pluie».


Où que nous tournions notre regard, une lutte féroce se déroule aujourd’hui sur tous les continents pour réorganiser l’équilibre mondial des pouvoirs. Après que l’effondrement du socialisme réel a mis fin à l’ère du soi-disant «ordre mondial bipolaire» dans lequel les deux grandes puissances, les États-Unis et l’Union soviétique, dominaient la planète, les États-Unis se sont lancés dans la folle tentative de devenir la «seule et unique puissance mondiale» et d’imposer un «ordre mondial unipolaire», sous la domination américaine. Au moyen de guerres et d’interventions, de pressions politico-économiques et d’une offensive de propagande sans précédent, le nouvel ordre mondial devait être imposé. Aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard, l’échec de ce projet ne peut plus être nié. L’émergence de nouvelles puissances impérialistes, qui ne veulent plus accepter leur ancienne position subordonnée et tentent d’obtenir une «plus grande part du gâteau», remet en question l’hégémonie américaine mondiale.


Si la Fédération de Russie et la Chine sont généralement au centre des débats publics, il existe également d’autres centres de gravité dans l’ordre mondial multipolaire émergent. Avec le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud, ils forment l’alliance économique des «États BRICS», qui sera élargie le 1er janvier de l’année prochaine à l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. En tant que confédération d’États, les BRICS tentent de créer un contrepoids à la domination du dollar sur le marché mondial par le biais d’une coopération économique entre eux, et s’efforcent ainsi d’unir tous les États qui sont gênés par la suprématie de l’Occident.


Ces derniers mois, le continent africain en particulier est devenu le théâtre de changements majeurs et de combats acharnés. Depuis les années 1950, plus de 106 coups d’État militaires ont eu lieu en Afrique, une série de coups d’État militaires qui a commencé au Mali et au Burkina Faso. Plus récemment au Niger et au Gabon on observe probablement les premiers signes d’un changement majeur sur le continent. Les coups d’État eux-mêmes ne sont pas de simples événements isolés ou des affaires internes des États respectifs, mais la conséquence directe de la lutte pour le pouvoir entre les impérialistes occidentaux, en particulier la France et les États-Unis, d’une part, et les nouveaux prétendants impérialistes émergents, en particulier la Chine et la Fédération de Russie, d’autre part.


Depuis le début de la colonisation de la région, la zone du Sahel en particulier a été une source importante de matières premières pour la France, et jusqu’à récemment, les mines d’uranium nigériennes fournissaient la majeure partie de l’uranium nécessaire à l’industrie nucléaire française. Toutefois, le nouveau gouvernement militaire, qui s’est aligné au niveau international sur la Fédération de Russie et a signé une alliance régionale avec les gouvernements militaires anti-occidentaux, a mis fin à toute coopération avec l’ancienne puissance coloniale. Alors que les États de la CEDEAO alliés à l’impérialisme occidental, emmenés par le Nigeria, menacent d’intervenir militairement contre le Niger, de violents combats entre l’armée et les milices soutenues par des mercenaires russes se poursuivent également au Soudan. La situation sur le continent africain est plus qu’explosive et plus la troisième guerre mondiale se poursuit, plus il y a de chances que des conflits transrégionaux majeurs y éclatent également.


Si nous jetons un coup d’œil au Moyen-Orient, l’endroit où la troisième guerre mondiale en cours a éclaté pour la première fois et qui est toujours au centre du conflit mondial aujourd’hui, c’est surtout le conflit entre Israël et la Palestine qui a fait les gros titres de la presse mondiale au mois d’octobre. À ce jour, les combats entre l’organisation djihadiste Hamas et l’armée israélienne se poursuivent dans toute leur férocité. Des milliers de civils sont morts à ce jour, l’armée israélienne pilonne impitoyablement Gaza à coups d’artillerie et de bombes aériennes, commettant de multiples crimes de guerre, et les islamistes du Hamas se rendent également coupables de nombreux crimes à l’encontre des civils juifs et des femmes en particulier. Si le conflit continue de s’intensifier, il risque de creuser les fossés entre les peuples jusqu’à des abîmes insurmontables et de rendre impensable une résolution du conflit.


Ce n’est pas sans raison que la communauté kurde a déclaré que les opérations et les attaques actuelles ne favorisent pas une solution au conflit, mais font plutôt obstacle à une coexistence commune des peuples. Cependant, il est également clair que la cause du conflit ne se trouve pas dans les dernières attaques du camp palestinien, mais que la cause du problème actuel est le problème historique de la question palestinienne elle-même. Même si les combattants islamistes du Hamas ont réussi à franchir les barrières israéliennes et à attaquer et envahir les avant-postes israéliens dans les premiers jours de ce que l’on appelle «l’inondation d’Al-Aqsa», il est indéniable que les forces armées israéliennes sont de loin supérieures au Hamas, autant numériquement que sur le plan militaire. Aujourd’hui, la population de Gaza est confrontée à une invasion terrestre israélienne imminente qui entraînerait la mort de dizaines de milliers de civils palestiniens et la destruction quasi totale de Gaza.

Il est clair qu’ici aussi, la confrontation actuelle dépasse largement les dimensions d’un conflit régional entre Israël et la Palestine et qu’elle est étroitement liée aux intérêts et aux projets des puissances régionales et internationales. Pour l’Occident, l’État israélien est, avec la République turque, la porte d’entrée centrale du Moyen-Orient et l’une des puissances garantes décisives de la modernité capitaliste. Les tensions croissantes entre l’Iran et ses alliés, d’une part, et les États-Unis et la Coalition internationale, d’autre part, sont certainement l’un des facteurs qui ont conduit à l’aggravation de la crise. Ainsi, certains analystes considèrent que l’escalade actuelle et en particulier le comportement provocateur des puissances étrangères sont liés aux plans élaborés lors du récent sommet du G20 à New Delhi pour créer une route énergétique alternative entre l’Asie et l’Europe. Cette nouvelle route partirait de l’Inde, passerait par l’Arabie saoudite, Israël, le sud de Chypre et la Grèce, et contournerait ainsi l’Iran, mais aussi les États d’Asie centrale et, surtout, la Turquie.


Cependant, quel que soit l’angle sous lequel nous considérons l’escalade actuelle, il est absolument clair que nous ne pouvons pas considérer cette guerre, ainsi que les autres conflits en cours dans le monde, séparément de la troisième guerre mondiale, mais plutôt comme une partie intégrante de celle-ci. Le conflit israélo-palestinien, tout comme la question kurde, est l’un des grands nœuds gordiens du Moyen-Orient, et sans une solution à ces deux problèmes, la démocratisation de la région reste impensable. Il n’est pas faux d’aller jusqu’à dire que ces deux conflits ont une sorte de fonction clé.


Tout comme pour la question kurde, l’insolubilité apparente du problème réside dans la mentalité même de l’État-nation. L’État-nation en tant que concept est devenu la cause des deux problèmes et ne peut être la solution aux conflits. Déjà en 2009, Rêber Apo avait écrit dans son dernier mémoire de soutenance que «si l’on ne comprend pas la logique de l’hégémonie de la modernité capitaliste au Moyen-Orient», on ne peut pas comprendre «pourquoi 22 États-nations arabes ont été créés». Même la création d’un État-nation palestinien, en tant que 23e État de la lignée, aggraverait les problèmes au lieu de les résoudre. La lutte du peuple palestinien reste légitime et une paix durable ne peut être obtenue que par la reconnaissance du droit du peuple palestinien à l’autonomie, mais la solution au problème palestinien n’est pas la solution à deux États ou à un État ; la seule solution ne peut être qu’une solution «sans État». Le modèle de la nation démocratique, développé par Rêber Apo comme solution aux crises du Moyen-Orient, et dont le modèle d’autonomie dans le nord et l’est de la Syrie a suffisamment prouvé sa viabilité, est en mesure de garantir une coexistence véritablement libre et égale pour les peuples du Moyen-Orient.


Alors que deux millions de personnes à Gaza luttent pour survivre sans eau, sans électricité et sans nourriture suffisante sous les bombardements de l’aviation israélienne, des millions de personnes dans le nord et l’est de la Syrie sont également coupées de l’approvisionnement en produits les plus élémentaires. Les attaques turques contre les infrastructures vitales de la région ont complètement détruit ou mis hors d’état de nuire des pans entiers de l’approvisionnement en électricité, ainsi que des installations d’adduction d’eau et de production de gaz. Tant Netanyahu que le dictateur turc Erdogan ont déclaré que les infrastructures civiles et les colonies étaient les «cibles légitimes» de leurs actions militaires, et ils assassinent sans se soucier de cela. Alors qu’Erdogan ne se lasse pas d’exprimer sa sympathie pour la population civile de Gaza, les bombes et les obus turcs déchiquètent des civils innocents, des femmes et des enfants, à quelques kilomètres de la frontière turque. Les frappes aériennes du début du mois d’octobre, qui ont touché plus de 200 cibles dans le nord et l’est de la Syrie, sont également passées pratiquement inaperçues aux yeux de l’opinion publique mondiale. Le silence de la presse établie et des autorités dirigeantes face aux attaques brutales du fascisme turc est également motivé par des raisons idéologiques.


Les attaques contre la révolution du Rojava, mais aussi la guerre d’extermination contre les unités de guérilla au Nord et au Sud du Kurdistan, sont avant tout à considérer comme des attaques du système capitaliste sous la direction de l’OTAN contre un projet social alternatif et révolutionnaire. A cet égard, il est de la responsabilité des forces socialistes, révolutionnaires et démocratiques de ce monde d’élever la voix et de se joindre à la défense de la révolution internationaliste au Kurdistan.


Après l’effondrement de la réalité socialiste et la proclamation de la «fin de l’histoire», la réussite de la lutte du mouvement apoïste au Kurdistan prouve aujourd’hui que la révolution ne doit pas être un rêve ou une utopie lointaine, même au XXIe siècle. Afin de préserver ce pour quoi nous nous sommes déjà battus et d’étendre notre révolution dans toutes les directions, il est avant tout nécessaire de créer un nouvel internationalisme. Au lieu de lutter pour obtenir nous-mêmes une place dans les salles de pouvoir, ou même pour établir de nouveaux États-nations, nous devons créer l’organisation internationale et non étatique de tous les opprimés de ce monde. L’État lui-même est créé comme un outil permettant aux classes dirigeantes de maintenir leur pouvoir et d’opprimer les masses. Dans son essence, il n’est rien de plus qu’un appareil de pouvoir par l’utilisation organisée de la force, et cet instrument ne peut pas nous aider à gagner la liberté. Si, dans le passé, l’objectif des révolutionnaires était de conquérir l’État et d’utiliser ses machines, ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’une internationale de l’auto-organisation capable d’unir les luttes des opprimés et des exploités par-delà les frontières des États. Puisque la crise à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est une crise mondiale, notre réponse ne peut être que mondiale. En tant que mouvement de jeunesse internationaliste, nous devons prendre la tête de ce processus de construction et avancer avec dynamisme et sans crainte vers l’avenir. Le monde de demain, la modernité démocratique comme alternative au système de destruction et de mort, existe déjà aujourd’hui dans nos luttes. Elle existe partout où les femmes se lèvent et où les jeunes se battent pour leur avenir, et elle vit déjà aujourd’hui dans chaque projet d’auto-organisation et d’économie communautaire, aussi petit soit-il. Partout où les travailleurs luttent pour une vie digne et où les gens défendent leur droit à la terre et à l’alimentation, il existe aussi une partie du monde qui résiste à ce système. Il nous reste à donner à la modernité démocratique des formes et des organisations concrètes.


La construction de la modernité démocratique exige à la fois un changement radical de mentalité, une révolution de l’esprit, et à la fois des changements matériels concrets. Un système économique durable et fondé sur les besoins qui remplace la brutalité du marché libre, un nouveau système de justice sociale qui remplace le système judiciaire étatique, un contrat social qui régit la coexistence sociale et des structures d’autodéfense pour protéger les acquis de la révolution contre toutes les menaces de l’intérieur et de l’extérieur, doivent être créés pour garantir un changement à long terme. En parlant d’autodéfense, nous ne devons pas seulement considérer l’aspect matériel et militaire de l’autodéfense. L’appropriation et la défense de sa propre culture, de sa langue et de son histoire sont également des aspects de l’autodéfense contre les attaques du système capitaliste qu’il ne faut pas sous-estimer. L’anéantissement d’une société ne passe pas seulement par le génocide physique, mais aussi par ce que l’on appelle le «génocide blanc», c’est-à-dire l’assimilation et l’anéantissement culturel. Par conséquent, pour les nations colonisées comme pour toutes les autres sociétés, la construction de leur propre système éducatif et d’œuvres culturelles fortes est une nécessité indispensable pour lutter en faveur d’une existence libre et pour la garantir à long terme. La diplomatie, devenue aujourd’hui un outil d’application des intérêts des puissances étatiques, doit être remplacée par une véritable diplomatie au service de la communication et de la réconciliation entre les peuples à l’échelle internationale. Rêber Apo définit cette forme de diplomatie, dans laquelle l’établissement de relations et d’échanges entre les peuples ne se limite pas à l’activité professionnelle des diplomates officiels, mais devient une activité quotidienne de tous les membres d’une société, comme la diplomatie des peuples.


Il se peut que le Moyen-Orient soit aujourd’hui le principal champ de bataille de la troisième guerre mondiale, mais c’est à nous, la jeunesse internationaliste, qu’il revient d’étendre la lutte pour un autre monde à tous les coins de cette planète. La première conférence mondiale de la jeunesse à Paris est un pas historique dans cette direction, qui nous rapprochera certainement de notre objectif. Aujourd’hui, nous n’avons pas le luxe d’être divisés par nos diversités, nos différentes approches et nos traditions politiques. En tant que jeunes d’aujourd’hui, nous avons une responsabilité historique envers la société, les femmes et les jeunes de demain, et c’est dans la conscience de cette responsabilité que nous devons renforcer notre unité.


Notre colère et notre haine contre le système de destruction, contre la barbarie organisée de la modernité capitaliste, nous devons les transformer en énergie et en créativité pour construire un monde de beauté et de liberté. Ces dernières années, nous avons fait de grands progrès, mais ce que nous avons créé est encore loin d’être suffisant. Si nous regardons l’état du monde, nous pouvons clairement voir les grands dangers, mais aussi les grandes opportunités qui s’ouvrent devant nous. La situation de la troisième guerre mondiale, ce que Rêber Apo a appelé l’intervalle du chaos, passera nécessairement par une phase de réorganisation du monde. Les gouvernants préparent ou ont déjà commencé leurs offensives pour marquer de leur empreinte le nouvel ordre qui se dessine. Il nous reste à décider si nous continuerons à être de simples spectateurs du cours de l’histoire, ou si nous prendrons nous-mêmes la plume pour, en tant que jeunes, écrire notre propre histoire

0 commentaire

Comentarios


bottom of page